Découvrez le métier de Testeur avec Doffou Naomi-lorenzi

Avant de mettre un produit sur le marché, il est important de le tester, détecter les failles, les corriger afin de fournir un produit de qualité. Notre invité du jour exerce en tant que testeur d’application (Quality Assurance Tester -QA Tester) ; Ce métier indispensable mais étant peu connu en Côte d’Ivoire, Doffou Naomi-lorenzi nous fait l’honneur d’en dénouer les ficelles.

Après obtention d’un BTS en informatique développeur d’application, Doffou Naomi-lorenzi débute sa carrière professionnelle par stage de fin d’étude. Au sein de cette entreprise, elle travaille sur la gestion du parc informatique avec un logiciel GLPI. Également, elle bosse sur l’ajout d’une nouvelle fonctionnalité pour leur site web. Pour développer ses compétences, elle a suivi une formation intensive de spécialisation Simplon. Avant de devenir testeuse d’application (Quality Assurance Tester), elle a travaillé dans plusieurs entreprises en tant que développeur PHP.

Doffou Naomi-lorenzi

J’ai alors eu envie de changer, car j’avais entendu parler du métier lors d’une interview. C’est ainsi, que l’opportunité de devenir testeuse s’est présenté à moi et je l’ai saisi.

En quoi consiste le métier de testeur d’application ? Précisément quelle est votre routine en tant que testeur ?

Le métier de testeur sert à trouver des bogues dans une application. Il se concentre sur la livraison d’une application de qualité développé par un développeur ou plusieurs développeurs, dans un délai imparti. La tâche principale du testeur est d’éliminer les problèmes susceptibles d’affecter le fonctionnement de l’application et d’entraver ainsi l’expérience utilisateur. Mes tâches quotidiennes sont de :

  • Créer les données de tests, écrire les procédures.
  • Rédiger et exécuter des scénarios de test
  • Rédiger des rapports de tests
  • Diagnostiquer et qualifier les demandes de correction,
  • Assurer le suivi de correction des bugs

Quel est l’apport du testeur dans une entreprise ?

Plus un bogue n’est pas détecté longtemps, plus il coûte cher à corriger. Une simple analyse coûts / avantages montre à une écrasante majorité que les avantages d’employer un testeur pour valider le code l’emportent largement sur les coûts. Plus important encore, cela influence également la réputation de votre application.

Le QAT ne vise pas seulement à fournir des applications stables. Il a un objectif plus élevé, le but est de prouver la crédibilité de l’entreprise en fournissant des produits de qualité, de fidéliser les utilisateurs, de fournir aux utilisateurs une meilleure expérience.

Un processus de test approprié vous aidera à trouver les défauts qui peuvent être corrigés avant la mise en ligne du site Web ou l’application mobile. Que faire si l’application est lancée et que les utilisateurs constatent que quelque chose ne fonctionne pas comme prévu ? L’entreprise perdra sa crédibilité, sa réputation et la résolution du problème deviendra onéreuse et prend du temps.

L’histoire regorge de tels exemples :

  • En avril 2015, le terminal Bloomberg de Londres s’est écrasé en raison d’un problème logiciel affectant plus de 300 000 traders sur les marchés financiers. Cela a forcé le gouvernement à reporter une vente de dette de 3 milliards de livres.
  • Les voitures Nissan ont rappelé plus d’un million de voitures du marché en raison d’une défaillance logicielle des détecteurs sensoriels des coussins gonflables. Il a été signalé deux accidents dus à cette défaillance du logiciel.
  • Starbucks a été contraint de fermer environ 60% des magasins aux États-Unis et au Canada en raison d’une défaillance logicielle de son système de point de vente. À un moment donné, le magasin a servi du café gratuitement car ils n’étaient pas en mesure de traiter la transaction.
  • L’Airbus A300 de China Airlines s’est écrasé en raison d’un bug logiciel le 26 avril 1994, tuant 264 innocents en direct

Le QA (Quality Assurance, nldr) ne vise pas seulement à fournir des applications stables. Il a un objectif plus élevé, le but est de prouver la crédibilité de l’entreprise en fournissant des produits de qualité, de fidéliser les utilisateurs, de fournir aux utilisateurs une meilleure expérience.

Quels sont les prérequis d’un bon testeur ?

Un bon testeur de logiciel doit avoir des compétences analytiques qui l’aideront à diviser un système logiciel complexe en unités plus petites pour mieux comprendre et créer des cas de test.

Un bon testeur de logiciel doit avoir de bonnes compétences en communication verbale et écrite. Les artefacts de test (tels que les scénarios / plans de test, les stratégies de test, les rapports de bogue, etc.) créés par le testeur de logiciel doivent être faciles à lire et à comprendre.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?

 La diversité des projets sur lesquelles j’interviens, me permet d’élargir mes compétences sur différents métiers et mieux comprendre le fonctionnement.

Quelle est la difficulté la plus fréquente à laquelle vous avez dû faire face dans votre métier tout au long de votre carrière ?

La difficulté principale que j’ai rencontré dans certains projets est la planification.  Certains commanditaires accordent plus d’importance au délai de livraison qu’à la qualité. Et les tests sont placés dans la dernière position or il faut noter que plus on commence les tests tôt, plus ils sont efficaces.

Quels conseils donneriez-vous à des personnes tentées par votre métier ?

Le conseil que je peux donner pour ceux qui souhaite faire du test : Il faut connaitre le métier avant de se lancer. Un passionné par un domaine précis (sécurité, développement d’applications…) ne sera pas forcément à l’aise dans le métier du Test. Il faut également s’investir personnellement dans l’apprentissage des nouveaux outils, apprendre à faire de la veille.

Vous pouvez lire également: Trouvez votre voie professionnelle avec Stanislas Assemian

Passer une certification ISTQB, au minimum le niveau Foundation. L’ISTQB est le Comité international de qualification du test logiciel (International Software Testing Qualifications Board). Cette organisation a été fondée en 2002 et propose une certification reconnue dans le monde entier.

Le niveau Foundation rassemble les notions fondamentales de notre métier :

  • Tester tout au long du cycle de vie logiciel
  • Techniques statiques
  • Techniques de conception des tests
  • Gestion des tests
  • Outils de test.

Les certifications ISTQB sont recommandées, voire requises, par de nombreuses entreprises. Cela permet de garantir que la personne a compris les spécificités de ce domaine, et qu’il est passionné par le métier. Dernier point, il est possible de basculer du développement vers le test.

Avez-vous une devise ou tout autre chose qui vous semble importante dans votre métier ?

La qualité n’est pas un acte, c’est une habitude.”- Aristote

0 Reviews

Agounda

Read Previous

Trouvez votre voie professionnelle avec Stanislas Assemian

Read Next

Christina N’DA: faire de la lecture, plus qu’une passion !

2 Comments

  • Je suis stupéfait tout simplement par rapport a cette révolution

  • Un parcours inspirant. Bravo

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *