Geth Maiga utilise le digital pour booster les compétences

Geth Maiga est ingénieur en logistique et transports de l’INPHB de Yamoussoukro depuis 2018. Passionné d’entrepreneuriat et d’impact social, il est depuis l’école, impliqué dans des projets d’entrepreneuriat social. En 2016 déjà, il remporte le premier prix du projethon social de Vivo Energy grâce au projet Yakro Compost. Un projet d’assainissement et de recyclage de déchets ménagers dans la ville de Yamoussoukro. Toutes ces actions font grandir en lui l’amour pour la gestion de projet et la création de solutions. A la sortie des bancs, il intègre un géant de la création et de l’accompagnement des startups, Seedstars, en tant qu’entrepreneur résident en charge de la mise en place d’entreprises technologiques pour l’amélioration de l’éducation et de l’insertion professionnelle.

Lire aussi: Aminata: militante de l’éducation et du développement social

Geth maiga digital

Il est aujourd’hui cofondateur et business manager de Bora Digital, une edtech ivoirienne qui forme et externalise des compétences en marketing digital.

En dehors de ses activités professionnelles, Geth est investi dans les actions associatives de leadership. Il est notamment alumni du programme Yali Dakar et membre du réseau internationale des entrepreneurs francophones.

Le Marketing digital a-t-il de l’avenir en Afrique ?

L’Afrique enregistre aujourd’hui plus de 450 millions de connectés soit environ 34% de la population et une croissance de 10% par rapport à 2019. Et ce taux est amené à doubler d’année en année. De plus les habitudes des consommateurs africains deviennent de plus en plus digitales. Il s’informe, il se divertit et il gagne même de l’argent via les canaux du numérique.

L’Afrique enregistre aujourd’hui plus de 450 millions de connectés soit environ 34% de la population et une croissance de 10% par rapport à 2019. Et ce taux est amené à doubler d’années en année

Il existe donc un marché aux potentiels énormes pour les entreprises de tout type et de toute taille en ligne. Les entreprises l’ont compris et les métiers du marketing digital ne cessent d’être sollicités. Les acteurs se bousculent aujourd’hui pour saisir les opportunités offertes. Il y’a donc une grosse richesse qui se trouve encore inexploitée car, malheureusement,  la connaissance des outils et métiers du web reste encore mitigée.

Pourquoi avoir misé uniquement sur le volet formation de ce grand domaine qu’est le digital ?

Aves Seedstars, on s’est donné pour mission de résoudre l’épineux souci de l’insertion professionnelle par des actions de créations d’entreprises. Nos retours des activités de découverte de la clientèle, ont montré une grosse inadéquation entre la formation et l’emploi. On a d’un côté, des jeunes qui peinent à trouver des emplois de qualité et de l’autre, des entreprises en pleine mutation qui ont besoin de compétences marketing.

geth maiga

Bora Digital est donc un pont qui fournir aux entreprises, des professionnelles du digital marketing capables de les aider à saisir l’opportunité du numérique. Notre mission est donc d’utiliser le marketing digital comme moyen d’insertion des jeunes.

Comme je le disais, les métiers du digital sont méconnus en réalité. Avant de commencer à entrevoir un développement du secteur digital, il faut former des praticiens qui pourront exécuter les actions. Et c’est en cela notre travail. Aujourd’hui au-delà de la formation, nous accompagnons les jeunes à s’insérer. Nous avons monté une agence en parallèle pour permettre à ces jeunes de vivre de cette formation en travaillant sur des projets.

Quelles ont été les réalisations de Bora digital ?

On travaille aujourd’hui avec plusieurs institutions qui mènent le même combat de l’insertion des jeunes via le digital notamment IRC et la Seedstars Academy. On a à ce jour formé près de 200 jeunes de Côte d’Ivoire, de RDC et du Cameroun. Des partenariats avec des écoles et entreprises aussi ont permis de renforcer des capacités de professionnels du marketing. Et de grandes entreprises font confiance aujourd’hui à la marque Bora Digital pour la création et l’exécution de leur stratégie digitale. On a un taux de 30% d’insertion des jeunes qui réussissent la formation. Ceci nous a valu de représenter la Côte d’Ivoire au African Entrepreneurship Forum à Paris en 2019, à la grande rencontre des entrepreneurs francophones à Strasbourg et à la Seedstard World à Lausanne la même année. Notre ambition est vraiment de devenir le premier fournisseur africain des acteurs du digital marketing.

geth maiga education

On a à ce jour formé près de 200 jeunes de Côte d’Ivoire, de RDC et du Cameroun. Des partenariats avec des écoles et entreprises aussi ont permis de renforcer des capacités de professionnels du marketing. Et de grandes entreprises font confiance aujourd’hui à la marque Bora Digital pour la création et l’exécution de leur stratégie digitale.

Avez-vous déjà rencontré des difficultés dans votre business ?

Oui, cependant on y trouve toujours des leçons. La première difficulté  déjà  était de gagner la confiance des early adopters pour notre concept. Ceci nous a appris l’importance du networking et du partage dans le lancement d’une activité. Ensuite il a fallu nous-mêmes suivre des formations intensives pour parfaitement appréhender l’univers du marketing digital. La récente crise sanitaire aussi a été une grosse difficulté mais pleine d’apprentissage sur la gestion de ressources et de capitales.

Pensez-vous que la Côte d’Ivoire est un pays favorable à l’entrepreneuriat ?

A 100% favorable. On a aujourd’hui de vrais efforts qui sont fait par les acteurs de l’écosystème pour sensibiliser, former et accompagner à la création d’entreprise. Seedstars est par exemple aujourd’hui un bel exemple de ce qui se fait. De plus le marché ivoirien devient de moins en moins réticent à de nouveaux produits ou services. Les consommateurs ivoiriens sont friands de nouveautés ce qui facilite les pénétrations de marchés avec des produits innovants. Les facilités de créations d’entreprises ou la réflexion sur des politiques spéciales startups sont aussi de grands arguments à l’entrepreneuriat en Côte d’Ivoire.

Lire aussi: L’entrepreneuriat, un levier pour sa carrière professionnelle

Les consommateurs ivoiriens sont friands de nouveautés ce qui facilite les pénétrations de marchés avec des produits innovants. Les facilités de créations d’entreprises ou la réflexion sur des politiques spéciales startups sont aussi de grands arguments à l’entrepreneuriat en Côte d’Ivoire.

Lexique:
Edtech: Mix d’éducation et de technologie
Early adopter: Un individu qui a pour habitude d’acheter quasiment systématiquement les nouveaux produits dans une catégorie de produit donnée

0 Reviews

Write a Review

Agounda Blog

Read Previous

Audrey Tifoumnaka, diplomate au service de la paix

Read Next

5 films inspirants pour booster sa carrière d’entrepreneur

One Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *